Maurice Thiéry

Jean-louis Andreani
Auteurs

Comme Fernand Bertaux (1860-1934, auteur de La belle Picarde, réédité en 2008 par le même éditeur, dans la même collection), Joseph-Modeste Thiéry dit Maurice Thiéry est originaire d’un charmant village du Vermandois, pays picard à cheval entre la Somme et l’Aisne, Le Ronssoy. Il y naquit le 10 juillet 1862. Après des études classiques, il devint fonctionnaire universitaire durant six ans à Péronne (Somme), années pendant lesquelles il aiguisa sa plume en collaborant à différents journaux de Péronne, Saint-Quentin et Montdidier.

Nommé à Paris il chercha à regrouper la fine fleur des Picards expatriés dans la capitale, à l’image de son aîné Félix Fabart (1837- 1919, né à Fignières dans la Somme, président du « Cercle amical des Francs-Picards » en 1889 et auteur de Le Bon Vieux Temps, également publié dans cette collection). Cofondateur du « dîner de Flippe » qui réunissait chaque mois artistes et auteurs picards, il participa à la naissance et au développement de l’importante société Rosati dont il devint le Secrétaire général. Cette société regroupait les septentrionaux qui habitaient la capitale et s’intéressait à toutes les activités artistiques et littéraires.

Devenu Parisien, Maurice Thiéry n’oublia jamais sa région natale, dont il fut l’un des chantres. Il revenait souvent à Péronne et fit du Vermandois le décor de certains de ses récits. Il s’intéressa surtout à la vie rurale, à celle des paysans dont il décrivit avec verve les qualités et les travers.

Il publia Contes d’min village (Péronne, 1899), A travers Paris (Paris, 1900), Contes picards (Péronne, 1902), Silhouettes picardes (Amiens, 1903), Journal d’un officier français (Tours, 1905), Contes du Vermandois (Saint-Quentin, 1908), La Vieille Ferme (Paris, 1910), Sous le chaume (Paris, 1912), La Vie et les voyages du Capitaine Cook (Paris, 1928, ouvrage très documenté qui représente une référence), Le Retour à la terre (Paris, 1932).

Horrifié par les atrocités de la Grande Guerre, il publia à Paris plusieurs ouvrages consacrés à sa région ravagée et en grande partie occupée par les Allemands : Dans la Picardie dévastée (1918), La Guerre en 1917, les crimes allemands dans la Picardie dévastée (1918), Le Nord de la France sous le joug allemand (1919), La Picardie dans la guerre (1920).

Maurice Thiéry mourut à Paris en 1935 – un an après Fernand Bertaux. Sa veuve offrit au Musée Alfred Dagnicourt de Péronne les archives – principalement les manuscrits de ses publications – de ce talentueux et attachant Conteur picard, comme l’avaient baptisé ses amis de la société Rosati.

Mes remerciements à Monsieur David de Sousa, Conservateur du Musée Alfred Danicourt à Péronne, dont les précieux renseignements m’ont permis d’enrichir cette brève biographie ou d’en vérifier des éléments.

Notes sur l'écrivain par Jean-Pierre Steckiewiez

Roman de Maurice Thiéry édité par le Trotteur Ailé

Le retour à la Terre, édité en novembre 2009 dans la collection Lettres de Picardie