Les Traces du Cheval à Compiègne

Jean-Louis Andreani, Florence Espeisse, Marie-Antoinette Mar
Nature et Patrimoine

Les Traces du Cheval à Compiègne
Depuis 1000 ans, le cheval fait partie de l’histoire de Compiègne.
Pour la première fois, un livre richement illustré part à la recherche de ses traces dans la cité. Monuments, dont les célèbres Grandes Ecuries du roi, écuries particulières, hippodrome, allées cavalières, quartier de cavalerie……
L’aventure commune de la ville et du cheval, liée de façon intime à la mythique forêt domaniale de Compiègne et à la vénerie, est ainsi racontée en images et en textes, au fil de cinq chapitres: La ville née de la forêt, Les écuries royales, Les écuries privées, Les écuries militaires, Compiègne aujourd’hui.
Coco Chanel, le général Decarpentry traversent les pages de ce livre, illustré de 200 photos magnifiques. Cet ouvrage fera date. Il porte témoignage d’un patrimoine précieux et parfois méconnu.

Extrait du livre

Tout commence avec la forêt. Il y a plus de mille ans, les premiers rois de France chassent déjà dans l’immense massif de Cuise, ancêtre de celui de Compiègne. Nos monarques ont presque tous été de grands chasseurs et des veneurs parfois enragés, qui adoraient la forêt royale de Compiègne, giboyeuse et d’un accès facile. À vrai dire, à l’époque rustique des carolingiens, la chasse est d’abord
nécessaire à la survie.

Devenue une distraction des Capétiens et des Bourbons, elle restera aussi un exercice pour ces souverains et les membres de leur noblesse. Tous passent leur vie à cheval, notamment pour faire la guerre. Les longues heures de chevauchées par tous les temps et tous les terrains à la poursuite des cerfs et des sangliers, servis ensuite à l’épieu, endurcissent les cavaliers, les aguerrissent:  Compiègne naîtra de cette vocation de terrain de chasse royal.

Il faut de quoi accueillir les souverains, les loger, leur permettre de se sécher, quand ils rentrent à la nuit épuisés, crottés, trempés jusqu’à l’os. La première maison royale de chasse, peut-être bâtie par Clovis, se transforme peu à peu en palais. La résidence de loisir devenue lieu de pouvoir et  d’échanges attire artisans, commerçants…Sans oublier les soldats, puisque Compiègne sera très vite une ville fortifiée, aux marches du royaume de France. De leur côté, les rois aménagent sans cesse la forêt pour la chasse. L’exceptionnel quadrillage de grandes allées et de carrefours propices à la vénerie est leur oeuvre. Dès son origine, la ville est placée sous le signe du cheval.

L’importance de cet animal pour Compiègne est aussi liée à la proximité de la capitale, surtout depuis qu’au 11e siècle, une découverte majeure ouvre de nouvelles possibilités à l’attelage. Le collier appuyé sur les épaules remplace la bricole. Le cheval peut développer toute sa force de traction sur de longues distances.

À partir de Louis XI, le cheval va ainsi s’intégrer dans la vie économique de Compiègne, en particulier avec la création des relais de poste. Fin 16e, début 17e siècle, la cité compte plusieurs relais. Clin d’oeil de l’Histoire, en 1734, le plan Chandellier, du nom d’un excellent cartographe compiégnois, mentionne un relais de poste au début de la rue des Domeliers. Là où, plus tard, s’installera la poste aux lettres…
Quatre Boulonnais attelés à l’omnibus, avec les gardes des haras en uniforme, font une halte au coin de l’écurie 1 et 2 et de ses dépendances, pendant une sortie à la belle saison.
Quatre Boulonnais attelés à l’omnibus, avec les gardes des haras en uniforme, font une halte au coin de l’écurie 1 et 2 et de ses dépendances, pendant une sortie à la belle saison.

Les Auteurs

Jean-Louis Andreani est éditeur, journaliste, auteur de plusieurs essais ou romans. Il est le créateur et le gérant des éditions du Trotteur ailé, basées près de Compiègne et spécialisées dans l’édition régionale picarde.

Florence Espeisse est entrée dans l’administration des Haras nationaux en 1988, après une carrière  d’instructeur d’équitation. En poste à Compiègne depuis de nombreuses années, actuellement directeur du site, elle a écrit, en 2008, Le Dépôt d’étalons de Compiègne (Librairie des Haras nationaux, coll. Hommes et Chevaux).

Marie-Antoinette Marot
est conférencière nationale. Elle est présidente de l’association La Sauvegarde de Compiègne.

Commander ce livre sur internet

Retrouvez  Les Traces du Cheval à Compiègne sur la Fnac.com (livre de 112 pages au prix de 24,80€)